Vous souhaitez acquérir un chat ? Félicitations !
La FFF vous délivre ses conseils afin de vous guider dans votre démarche.

Au moment de l’achat

Conseil n°1 : Renseignez-vous sur les besoins et caractéristiques de la race

Chaque race de chat a des besoins spécifiques. Le Persan nécessite un brossage régulier, le Sphynx d’être protégé des coups de soleil ou du froid, les Maine Coon d’avoir de solides arbres à chats

Conseil n°2 : Méfiez-vous des annonces alléchantes

Vous craquez devant un chaton de race avec un tout petit prix ? Attention : la fourchette de prix pour un chaton de race peut aller de 600€ à 2000€ suivant la race, et si vous souhaitez un chat de qualité exposition ou reproduction

Conseil n°3 : Achetez votre chaton dans des lieux autorisés

La vente de chatons est encadrée et doit se faire dans des lieux encadrés : à l’élevage bien sûr, mais aussi dans les expositions animalières. Il est interdit de vendre des chatons sur la voie publique ou dans un coffre de voiture par exemple.

Conseil n°4 : Ne prenez pas des chatons trop jeunes

La loi française autorise la vente de chatons à partir de 8 semaines. Or, la socialisation du chaton s’effectue dès l’âge de trois semaines et jusqu’à quatre mois. Plus il restera avec sa maman et ses congénères, plus il sera doux et équilibré.

Conseil n°5 : Réclamez le pedigree de votre chaton

Un chat « de race » possède obligatoirement un pedigree. Il arrive souvent que l’éleveur ne l’ait pas reçu au moment de la vente, mais il doit s’engager à vous le fournir.

Conseil n°6 : Exigez un animal correctement vacciné

En revanche, il arrive que des chatons soient à peine vaccinés au moment de la vente. Pour davantage de sécurité, exigez qu’il soit à jour de vaccination contre le typhus et le coryza (primo injection et rappel un mois après) !

Conseil n°7 : Vérifiez l’identification de votre chaton au moment de la vente

Un chat de race est obligatoirement identifié pour avoir un pedigree. Le tatouage est maintenant remplacé par la puce électronique. Néanmoins, il peut arriver que l’éleveur se trompe en la recopiant, ou que cette dernière soit désactivée ou ait mal été implantée. Demandez s’il est possible de le vérifier avec un lecteur au moment de la vente.

À savoir

Le pedigree est un document qui retrace non seulement la généalogie d’un chat, mais aussi enregistre la couleur (que l’on appelle aussi phénotype)
de chacun des ancêtres.
Ainsi, un éleveur peut, à l’aide du pedigree des parents, prédire les couleurs chatons qu’il pourra avoir en faisant le mariage. C’est un outil de sélection car on y enregistre aussi tous les titres obtenus dans les expositions. Un chat ayant un pedigree avec des ancêtres diplômés pourra ainsi prétendre être issu de belles lignées.

Les pedigrees sont émis par les fédérations qui gèrent un livre des origines. En France, seul le LOOF est habilité par le Ministère de l’Agriculture pour le tenir. C’est l’éleveur du chat qui le demande. Le pedigree du chat s’acquiert à la naissance. Il n’y a pas de confirmation comme chez le chien,
d’où l’importance de faire des expositions pour connaître les qualités et les défauts de son chat.

pattes de chat

Par la suite

Conseil n°8 : Pensez à l’assurance maladie

Des compagnies d’assurance proposent des mutuelles pour la santé de votre chat. Elles permettent de se prémunir si votre chat rencontre un grave problème de santé.

Conseil n°9 : Vaccinez bien votre chat tous les ans

Même si votre chat vit seul et ne rencontre pas d’autres congénères, il faut quand même le faire vacciner tous les ans. En effet, les semelles de vos chaussures sont les premiers vecteurs de contamination. En outre, lors du passage chez votre vétérinaire, ce dernier pourra examiner votre chat et dresser son bilan de santé.

Conseil n°10 : Surveillez l’alimentation de son chat

Le chat est un carnivore strict et il sait réguler sa nourriture contrairement au chien. Une gamelle remplie de croquettes et un bol d’eau fraiche renouvelée lui suffisent. Les chats stérilisés nécessitent une alimentation spécifique qu’il faut mettre en place sous la surveillance de votre vétérinaire.

Conseil n°11 : Évitez les changements brutaux

Le chat n’aime pas les changements brutaux de nourriture ou de litière. Lors de l’acquisition de votre chaton, demandez ce qu’il a eu comme nourriture et litière jusque-là. Normalement, les éleveurs vous donneront des échantillons de croquettes.

Conseil n°12 : Surveillez le poids de votre chat

Le chat se régule, mais le stress, l’ennui, le manque d’activité, la dépression peuvent entrainer une boulimie et un surpoids. L’obésité du chat peut entrainer des complications et un diabète. Parlez-en à votre vétérinaire.

Conseil n°13 : Vermifugez régulièrement votre chat

Que votre chat vive en appartement ou en maison, il faut penser à vermifuger régulièrement votre chat. Parlez-en à votre vétérinaire

Conseil n°14 : Luttez contre les puces et les tiques

Si votre chat sort dehors, pensez à le traiter contre les puces préventivement. Si votre chat a déjà des puces, il faudra mettre en place un plan de traitement avec votre vétérinaire. Le cycle de vie de la puce peut s’étaler sur 6 mois et il faudra traiter également son habitat.

Conseil n°15 : Protégez votre mâle en le faisant stériliser s’il n’est pas destiné à la reproduction

Même de race, le chat garde ses instincts naturels et partira en quête de femelle dès la puberté. Son espérance de vie moyenne sera de deux ans, car il pourra se faire écraser ou estropier par un concurrent

Conseil n°16 : Stérilisez votre chatte si elle n’est pas destinée à la reproduction

Outre les chaleurs qui perturberont votre tranquillité, vous échapperez également aux tumeurs ovariennes ou mammaires. Il n’est pas nécessaire de la faire porter une fois avant l’opération

Conseil n°17 : Vous avez perdu votre chat

Il faut contacter la fourrière et la SPA et leur laisser une description de votre chat avec une photo et le numéro de puce. Placez également des annonces chez les vétérinaires et les magasins dans un large rayon autour de chez vous.

Conseil n°18 : Vous avez trouvé un chat

Il faut contacter un vétérinaire afin de savoir si le chat possède une puce et le cas échéant retrouver les coordonnées de l’ancien propriétaire. Dans le cas contraire, il faut soit placer le chat en refuge (fourrière ou SPA), ou le garder à la maison pour en faire un nouveau compagnon. Placez des annonces au cas où le propriétaire le recherche activement.

Conseil n°19 : Voyager en voiture avec son chat

Le chat supporte plus ou moins bien le voyage en voiture. Le mieux c’est de l’habituer en faisant de petits voyages, et de lui donner une grande et confortable caisse de transport.

Conseil n°20 : Voyager en avion avec son chat

Selon les compagnies, les chats peuvent voyager en cabine, sous réserve d’une taille de sac de transport et d’un poids total maximum. Renseignez-vous bien avant le départ.